Les fantasmes sexuels sont ils dangereux ?

Avr 13 • Histoires libertines • 3022 Views • Aucun commentaire sur Les fantasmes sexuels sont ils dangereux ?

fantasmes sexuelsLe sexe c’est la san­té et la jeunesse presque éter­nelle, cette idée est partagée seule­ment par les libertins.

Ils ont rai­son car le sexe à dos­es définies indi­vidu­elle­ment est utile pour nous selon les psy­cho­logues et les sex­o­logues. Mais d’autres ques­tions s’im­posent alors :  que ce passe t il pour une per­son­ne qui ne fait peu ou jamais l’amour? Est-ce que c’est nor­mal ? Est-ce que cette per­son­ne a t elle des fan­tasmes sexuelles ?

Les fan­tasmes éro­tiques, ain­si que d’autres fan­taisies, peu­vent être très dan­gereuses si ils ne sont pas sat­is­faits ou réal­isés. Est-ce qu’il faut règle­menter le sexe alors ?

Sexe c’est la mode

La ten­dance à traiter le sexe comme un phénomène de mode devient très pop­u­laire ces derniers temps. Si autre­fois nous essayions de cacher nos fan­taisies éro­tiques, aujour­d’hui le con­cept du sexe est large­ment util­isé, par exem­ple pour la pro­mo­tion de pro­duits sur le marché. Ceux qui choi­sis­sent le sexe clas­sique en partageant les principes tra­di­tion­nel de l’amour, sont con­sid­érés comme “en retard” sur leur époque. Main­tenant les rela­tions lib­ertines sont très à la mode. Plus de sexe, c’est mieux. Voici les clichés con­tem­po­rains sur la libéra­tion et la lib­erté de l’homme.

Sexe, oblig­a­toire ou non ?

Selon l’opin­ion des pro­fes­sion­nels, le sexe n’est pas oblig­a­toire, en com­para­i­son avec la diges­tion ou la res­pi­ra­tion. Autrement dit, l’homme peut sur­vivre sans sexe. Cepen­dant l’ab­sti­nence peut causer des trou­bles psy­chologiques dûs aux fan­tasmes éro­tiques. De plus, l’ab­sence de rela­tions intimes est à l’o­rig­ines de plusieurs maladies.

Ceux qui ne font jamais l’amour.

Qu’est-ce qui se passe pour la per­son­ne qui se prive d”amour physique ? Les médecins nous ras­surent en dis­ant que cette per­son­ne ne devient ni frigide, ni impuis­sante. Cela con­cerne quand-même la plu­part des cas. Selon les don­nées sta­tis­tiques, l’in­ter­rup­tion de l’ac­tiv­ité sex­uelle pen­dant 3 à 9 mois arrive à 1 étu­di­ant sur 3. Tra­di­tion­nelle­ment les plus act­ifs sont les per­son­nes âgées de 23 à 30 ans. Cela con­cerne égale­ment les per­son­nes mar­iées. Dans le mariage les pas­sions s’en vont et ce ne sont que les fan­tasmes qui restent.

Nui­sance de l’ab­sti­nence.

L’ab­sti­nence est nuis­i­ble si après une forte exci­ta­tion il n’y a pas de sat­is­fac­tion. Une con­ges­tion se forme dans la zone coxale ce qui entraîne des inflam­ma­tions. Chez les hommes cela peut causer la pro­sta­tite tan­dis que chez les femmes l’in­flam­ma­tion des annex­es. L’ab­sti­nence sans l’ex­ci­ta­tion ne gêne pas, ni physique­ment, ni psy­chologique­ment. Les paus­es dans les rela­tions intimes sont admis­si­bles mais si cela prend un car­ac­tère de longue durée la per­son­ne devient sujette à la dépres­sion, au stress et à la panique.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« »